Pour une alliance de fronts de libération nationale

Stefano Fassina

Membre du Parlement,

ancien vice-Ministre des Finances

repris de la note publiée le mardi 11 août 2015 sur le site du Comité Valmy (http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6218)

Stefano_Fassina_daticameraLe brulant compte grec a une valeur de politique générale. Commençons par le contenu de la Déclaration du Sommet de la zone Euro tenu le 12 juillet, avant de procéder à des évaluations politiques. Il est impossible de cacher l’aspect non durable des dispositions de perspectives économiques et financières. Malgré les ajustements remportés par la délégation grecque à Bruxelles, les mesures imposées sont brutalement de contraction, ainsi que régressives sur le terrain social.

Les mesures de compensation macroéconomique risquent d’être pratiquement inexistantes. Le financement prévu pour le troisième plan de sauvetage est consacré à la recapitalisation des banques et au paiement des dettes de la BCE, du FMI et de prêteurs privés. Rien ne va aux dépenses en capital, tandis que la crédibilité de la Commission Européenne pour aider le gouvernement grec à mobiliser jusqu’à 35milliards d’€ pour les investissements dans les 3 à 5 ans doit être évaluée au vu de son incapacité à trouver le minimum de ressources pour le “Plan Juncker”. Et enfin, l’engagement de la restructuration de la dette publique de la Grèce ouvre une perspective qui en aucun cas ne pourra avoir d’effets réels avant 2023, la fin de la période de grâce accordée par les États Européens pour leurs prêts respectifs. (suite…)



En défense de la Genèse

solaire-vatican

À propos de l’Encyclique du pape François
sur l’écologie, Laudato si »

Par Karel Vereycken

En décembre 1966, le médiéviste américain Lynn Townsend White présente à Washington sa célèbre thèse sur « Les racines historiques de notre crise écologique », devant l’Association américaine pour l’avancement des sciences.

À partir de la révolution industrielle, affirme-t-il, l’homme a considéré la terre comme une ressource consommable. Cependant, cette vision remonte au christianisme. (suite…)




Emprunts toxiques Ploërmel – Ils avaient dit : « Il n’y a pas d’autre solution ! »

David CabasAlors que M. Le Diffon, Mme Le Marre ou M. Anselin et leurs équipes prétendent qu’il n’y a pas d’autre solution face à l’escroquerie de Dexia et se contentent gentiment d’accepter le racket, la commune de Saint Cast le Guildo vient de gagner une bataille judiciaire cruciale contre Dexia.

L’été dernier, le gouvernement et les députés avaient voté une loi pour bloquer toutes les procédures judiciaires contre Dexia pour défaut de TEG. Ce mercredi 1er juillet 2015, le tribunal de grande instance de Nanterre vient de donner raison à la commune de Saint Cast le Guildo (c’est une première) pour défaut de conseil de la banque Dexia et l’oblige à rembourser la moitié des surcoûts pendant que la commune de Ploërmel va, elle, payer 7,6 millions pour rembourser un prêt de 2,7 millions. (suite…)



Question à M. Le Diffon

David CabasEst-ce que la précipitation à négocier avec Dexia et le gouvernement a un rapport avec le fait que le contrat de prêt que vous avez signé en 2006 était illégal et probablement caduque ?

J’ai demandé à la mairie de remettre la délibération du conseil municipal qui donnait pouvoir en 2006 à M. Le Diffon de signer le fameux emprunt toxique qu’il s’est empressé de renégocier cette semaine. Je n’ai eu aucune réponse.

Rien que l’inexistence de cette délibération du conseil municipal pouvait en tant que telle remettre en question cet emprunt toxique devant la justice.

Deuxièmement, est ce que M. Le Diffon et les élus vont participer à l’effort financier imposé aux Ploërmelais en baissant largement leurs indemnités d’élus ?

Pour ma part, que ce soit la même personne qui fasse l’erreur et la corrige pose la question d’un conflit d’intérêt.

A LIRE : UNE HONTE !



Une honte

201401_banque20Déclaration de David CABAS, suite au choix des élus de Ploërmel de refinancer le dernier emprunt toxique de Dexia

Droit dans ses bottes M. Le Diffon affirme : Nous n’avons pas d’autre sortie possible. C’est évidemment un mensonge. Après s’être fait tromper par la banque Dexia, M. Le Diffon tente une nouvelle fois de tromper les ploërmelais.

Il existait de nombreuses procédures afin de dénoncer cette escroquerie bancaire. Quelques maires de France combattent en lançant des procédures judiciaires et en refusant de payer les intérêts mais malheureusement la plupart capitulent honteusement comme M. Le Diffon. (suite…)




Ploërmel Emprunts toxiques : un chiffre !

Dans le cadre de la procédure engagée par nos soins pour plaider en tant que citoyen à la place de la commune dans le dossier des emprunts toxiques contractés par la commune de Ploërmel, nous avons calculé le TEG pour le premier trimestre 2015.

Voici la formule du contrat MPH 276398 signé par Mme Le Marre en septembre 2011, le dernier emprunt toxique en vigueur à Ploërmel à notre connaissance. (suite…)




Réunion publique pour en finir avec le « PAYE et TAIS-TOI »

Mobilisation citoyenne contre les emprunts toxiques et les dettes illégitimes

201401_banque20Allons-nous nous taire devant le racket organisé par les plus forts, en acceptant le pillage de l’argent par le monde de la finance ?

Face au stoïcisme de nos élus, il est temps que les citoyens reprennent la main afin de leur faire entendre raison. Ont-ils été élus pour protéger les intérêts de la population ou pour lui faire accepter l’inacceptable?

Les impôts augmentent et les services publics se dégradent, voire disparaissent. C’est la conséquence de la dette. Le budget des communes et des services publics, comme l’hôpital de Ploërmel, sont menacés par l’austérité imposée par nos gouvernements afin de dégager l’argent nécessaire pour rembourser la dette publique.

Cette politique d’austérité est aggravée par les escroqueries bancaires (emprunts toxiques, frais bancaires abusifs, etc.) (suite…)




Ploërmel – Emprunts toxiques : Lettre ouverte suite à la réponse de M. Le Diffon

David CabasLe refus de M. Le Diffon ne s’est pas fait attendre. Dès le lendemain de ma requête pour demander que la commune de Ploërmel porte l’affaire des emprunts toxiques devant les tribunaux. Nous nous rendons compte aujourd’hui qu’à aucun moment depuis le début de l’affaire, ni avec Mme Le Marre, ni avec M. Le Diffon, il n’y a eu de débat sérieux sur les options appropriées au conseil municipal. Nous avons seulement Mme Le Marre, M. Le Diffon ou encore M. Mikusinski qui défendent leurs points de vue sans aucune forme de consultation démocratique. Avec cette affaire, nous voyons encore une fois que les élus du conseil municipal font figure de potiche.

M. Le Diffon m’accuse d’agitation en demandant l’autorisation en tant que citoyen de plaider devant les tribunaux. Je dois tout de même dire que je n’ai cessé de me mobiliser auprès de Mme Le Marre, que j’ai rencontré M. Le Diffon avant qu’il ne devienne maire, pour défendre l’idée que Ploërmel doit défendre l’intérêt des Ploërmelais(es) devant les tribunaux. Quatre années après ma première déclaration, il est temps qu’aujourd’hui nous passions à la vitesse supérieure. (suite…)




Traces d´histoire : Lesquelles ?

photo_coCe jeudi 16 avril, je me suis rendue à la réunion publique organisée par l’association « Traces d’Histoire pour l´avenir du Pays de Ploërmel » pour débattre sur l’avenir du site du Sacré Cœur.

Lors que j’ai voulu intervenir pour parler de la grande problématique de la commune de Ploërmel à savoir les emprunts toxiques, M. Philippe Bureau, président de l’association m’a interrompu au bout de quelques secondes alors que je voulais développer la question de Dexia et où est passer l’argent de Ploërmel. Il a dit « On ne va pas revenir sur le passé il faut penser à l’avenir… » (suite…)




Soutenez notre nouvelle initiative citoyenne contre les emprunts toxiques

David CabasBonjour,

Dans le cadre de notre campagne contre les emprunts toxiques et suite aux refus des élus locaux de Ploërmel de porter cette affaire devant les tribunaux. Nous avons décider en tant que citoyens de porter l’affaire devant les tribunaux. Nous avons lancer la procédure pour demander l’autorisation de plaider.

Cette initiative pourra inspirer de nombreuses autres initiatives citoyennes contre les pilleurs de l’argent public.

Lire le communiqué

Pour nos aider à financer nos dépenses, principalement les photocopies et les tracts, c’est à dire quelques centaines d’euros, je demande aux citoyens de soutenir, à la hauteur de leurs moyens, notre nouvelle initiative contre les emprunts toxiques, en effectuant un don au parti politique Entrez en Résistance.

Il n’y a pas de petits dons

Envoyez vos chèques à l’ordre de « Association Financière Entrez en Résistance ».

Et envoyez-les à : Entrez en Résistance – BP 70023 – 56801 Ploërmel Cedex

Formulaire de don : http://www.entrezenresistance.org/faire-un-don/