Agir contre le pillage des communes, de Ploërmel et de ses habitants

201401_banque_WEBDans une République digne de ce nom, la première responsabilité d’un élu local est de garantir l’intérêt général et de protéger les habitants contre le pillage financier.

Pourtant, depuis mars 2011, le scandale dit des « emprunts toxiques » s’est abattu sur des centaines de communes, centres hospitaliers et entreprises sur tout le territoire. Ces emprunts, conclus sous des apparences alléchantes, se sont avérés extrêmement dangereux pour les budgets des communes lorsque leurs taux ont explosé suite au krach financier de 2008.

Alors que Ploërmel était entraînée dans ce scandale, rien n’a été fait pour informer le citoyen de ces pratiques et de leurs conséquences. De plus, aucun élu ne s’est manifesté pour rejoindre la centaine de communes françaises ayant entamé une procédure judiciaire contre la banque Dexia pour escroquerie en bande organisée.

Au contraire, la majorité actuelle essaye de nous faire croire que tout est rentré dans l’ordre. Mais à quel prix Ploërmel a-t-elle sécurisé ses emprunts toxiques, et à combien s’élève la facture qui empoisonne encore le dernier budget ?

Une fois élu, je m’engagerai en priorité avec mon conseil à :

1 – effectuer un audit sur les comptes de Ploërmel afin de déterminer la dette légitime (dépenses réelles) par rapport à la dette illégitime (taux d’intérêt usuraires). Ce constat sera rendu public afin de briser l’omerta qui règne depuis trop longtemps et devra déboucher sur des actes véritablement responsables.

2 – faire voter un vœu municipal en faveur d’une proposition de loi au Parlement instaurant une véritable séparation juridique entre métiers de banques. La promesse non tenue par notre gouvernement de protéger notre épargne de la spéculation nous amène à une situation intenable, où l’on continue à garantir à coups de milliards les pots cassés des financiers, tandis que le crédit aux particuliers et aux entreprises s’assèche de jour en jour. Cet engagement, déjà pris par le département d’Ille-et-Vilaine ainsi que par des dizaines de communes petites et grandes en France, est la seule voie pouvant redonner l’accès au crédit à ceux qui en ont réellement besoin, aux niveaux local comme national.

3 – dans le cadre de cette lutte contre le pillage, engager un audit afin de déterminer s’il est justifié que l’eau de la région de Ploërmel soit l’une des plus chères de France et pourquoi.

Cette réorganisation financière est essentielle pour lancer des projets sans avoir à augmenter les impôts.

Pour aller plus loin : Béatrice Le Marre plie devant DEXIA



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *