Éducation : l’égalité des chances

Dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, les nouveaux temps libres pour nos enfants sont à exploiter sans délai. Cela permettra aux enfants de tous milieux d’avoir accès à la culture au même titre que ceux des familles les plus aisées.

Pour cela, nous proposons de mettre en place un programme de chant choral, un orchestre d’enfants, une initiation à la science dans l’esprit de la main à la pâte (à l’image de ce que Marie Curie et ses amis faisaient à L’Arcouest), une initiation à l’art dramatique, la promotion du sport associatif, ou encore la pratique de la programmation informatique et d’objets interactifs. Les associations de Ploërmel et de la communauté en seront parties prenantes en proposant des activités de qualité, redonnant à notre jeunesse le goût de la créativité et de l’esprit d’équipe.

Dans les activités périscolaires, il ne s’agit pas d’ « occuper le temps », mais de donner à chacun accès à une culture de la découverte et de l’expérimentation, qui est le socle de la démocratie républicaine.

A l’image des MJC des années 50 et des initiatives de Léo Lagrange, nous proposons la création d’une Maison du citoyen. Aujourd’hui, ce type de lieu devrait être multi-générationnel et incarner le pivot central d’un dialogue entre Ploërmelais. Nous avons l’ambition d’en faire l’instrument du citoyen qui y apportera ses idées et propositions pour la commune, dont les plus intéressantes pourront faire l’objet de projets entrepris ensemble grâce à un dialogue constant avec l’équipe municipale.

Notre médiathèque doit devenir un vrai centre culturel pour toute la population de Ploërmel-communauté. Pour cela, les horaires doivent être aménagés pour en faciliter l’accès (ouverture en soirée et le dimanche). Concerts, expositions, lectures en feront une sortie culturelle phare du pays de Ploërmel.

 



2 réponses à Éducation : l’égalité des chances

  1. Roussel dit :

    C’est à l’école de mettre la main à la pâte et de réhabiliter le travail manuel et les activités motivantes .

    Depuis que les profs ont pris la place des instituteurs, on a régressé et c’est le règne de la photocopieuse.

  2. julien dit :

    on ressent un manque de dynamisme, de foi en l avenir, de créativité chez les jeunes générations !!! Les innovateurs en herbe sont pourtant les bienvenus pour redresser la région et de bons professeurs doivent leur donner l’élan, le goût de l’effort et le souffle nécessaires au lieu d’êtres blasés! La réussite est à ce prix!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *