Pourquoi nous sommes candidats

Daniela Matthes, 32 ans, enseignante
« Presque tout le monde est d´accord pour faire le constat de la destruction de notre économie, de nos communes, et du bien être de nos citoyens! Nous, nous faisons le choix, avec cette liste, de nous battre et non pas de constater et d’accepter. Car ce n’est pas une simple bataille contre l´occupation par le monde de l’argent.

Cette liste représente une bataille pour le principe d’humanité : avoir un travail productif, avoir les infrastructures pour vivre, faire fleurir une ville avec une culture riche pour toutes les générations. J´ai grandi avec les idées de nos grand-parents et je ne laisserais pas détruire notre commune avec une politique d´austérité. Je ne laisserai pas les citoyens sans défense. Je veux changer le cours de l´histoire de notre ville, et de notre pays. »

Stéphane Aubert, 29 ans, artisan
«Si je choisis aujourd’hui d’entrer en lice, c’est que je trouve le monde politique décevant, tant au niveau national que communal. On essaie d’être entendu, mais on ne nous répond pas, on nous prend de haut. J’ai l’impression que nos dirigeants ne vivent pas dans le même monde que nous. Je crois encore au changement et je me lance.

Je suis aussi candidat par conviction: je veux montrer aux citoyens que nous sommes, que l’on peut prendre des décisions en toute clarté, sur tous les dossiers épineux ou pas, comme dans toute démocratie. Il faut intéresser les jeunes à la politique, leur montrer qu’elle peut être accessible et importante pour notre avenir.

C’est pour tout cela que je ferais de mon mieux à travers cette campagne et les suivantes, pour représenter la population, l’aider à avancer ensemble.»

Nicolas Marion, 34 ans, couvreur
« je suis né à Ploërmel, j’y ai grandi, j’y travaille et j’y vis … et s’il y a bien une chose qui me parait ne pas avoir beaucoup changé, ce sont nos élus ! A mon tour, j’ai envie de prendre place aux cotés de David afin d’apporter du sang neuf dans notre mairie, du renouveau, de la jeunesse, j’ai envie de dire « chacun son tour! »

Enfin, je ne ferai aucunes fausses promesses aux Ploërmelais, j’ai envie de leur dire « ouvrez les yeux, pour chaque promesse non tenue, une bonne excuse! » (souvent liée à un soucis de finance !?) Alors, quand vous serez dans l’isoloir, pensez-y!!! »

Clare Van Zijl, 53 ans, infirmière
« Le temps fait beaucoup parler de lui en ce moment et comme si par hasard, on avait besoin d’un nouveau vent pour chasser les feuilles mortes de Ploërmel. Pour moi ce nouveau vent s’appelle David Cabas. Lui et sa jeune équipe  me semble sincère et honnête, plein d’enthousiasme, dynamique et en même temps humble, ayant de fortes convictions et des idées très claires. »

En France depuis presque 20 ans c’est pour la première fois que je m’intéresse à ce point aux élections municipales. Pourquoi ?  Tout simplement car on est venu frapper à notre porte et après une courte période de réticence, j’étais convaincue qu’en termes de politiques locales je pourrais apporter quelque chose. »

Onno Van Zijl, 57 ans, photographe
« David Cabas, jeune, passionné, humble, avec une vision et un projet, voilà les raisons qui font que je me suis engagé pour changer et faire la différence à Ploërmel. »

Mathieu Rivière, 33 ans, chauffeur routier
«Il faut un changement pour un Ploërmel où il n’y a pas que les «grosses têtes» qui ont leur mot à dire. Les ouvriers et la classe moyenne aussi peut faire évoluer les choses. Je m’y engage.»

Karine Lorans, 41 ans, sans emploi
«À Ploërmel, Il faut un changement radical, pour le financement des logements sociaux, le coût exorbitant de l’eau et les transports.»

Maria Gautier, 23 ans, sans emploi
«Je soutiens cette liste et David Cabas pour deux raisons principales :
La première est que la politique me semble depuis longtemps un monde à part ,où le citoyen finalement n’a pas sa place ,où les politiciens sont amis entre eux, s’ aident mutuellement a accéder et a rester à leur postes. Or David est un citoyen, cette liste est une liste de citoyens, de «monsieur et madame tout-le-monde»,et c’est, il me semble nécessaire pour créer une mairie proche d’une population dans toute sa diversité.

La deuxième est que c’est une liste sans étiquette. Pas question ici de se ranger derrière un parti. Nous sommes tous d’ horizons et de sensibilités politiques différentes, et pour ma part j’ai toujours trouvé plus constructif le fait de voter pour une personne et non pour un parti.

En conclusion je dirais donc que cette liste et ses ambitions ,qui sont de rapprocher la population de la mairie et vice-versa ,est ce qui m’a convaincue .Que la politique ne soit plus juste une histoire de politiciens; ne laissons pas les gens en place agir entre eux mais au contraire prenons part à la vie politique de notre commune et agissons activement pour que celle-ci reprennent vie! »

Rodolphe Mari, 34 ans, intérimaire
« Ploermelais, citoyen, j’agis pour mon pays, ma région et ma ville, en faisant ce qui m’est de droit. je n’ai aucun parti avec lequel je sois de près ou de loin en adéquation et j’en suis fier : l’humain est mon véritable fil conducteur.
La précarité, je connais en gardant toutes les proportions qui me sont dues.
L’injustice, je la vois et elle m’insupporte.
Mon regard a changé, et je vais me donner la force et les moyens de faire bouger les choses. »

Robert Verdet, 21 ans, équipier polyvalent
« J’ai rejoint la liste Ploërmel Libre parce que les gens ont perdu toute confiance aux figures en place et ont peur d’agir pour au final voir le même résultat. Aujourd’hui, seules les actions qui représentent tous les citoyens comptent. »

Jérôme Guichard, 44 ans, reporter images
« J’ai rejoint une liste non alignée à l’une ou l’autre des mouvances politiques classiques, ceux-là même qui ne font que prolonger une situation de plus en plus critique. J’ai toujours recherché une vraie approche des besoins des citoyens, loin de la poudre au yeux électorale habituelle. Une chose me tient à cœur pour les Ploërmelais: ce n’est pas aux citoyens de payer pour les erreurs des banques qui jouent en bourse! »

Élodie Hangouët, 19 ans, étudiante
«Lors des dernières élections municipales, j’ai suivi la campagne électorale avec un membre de ma famille qui était colistier. Cela m’a apportée beaucoup de plaisir et d’envie. Je me suis dit «en 2014 je m’engage, moi aussi je serais sur le terrain!» Pourquoi avoir choisi l’équipe de David Cabas ? Il est venu frapper à ma porte et m’a convaincue dans ses engagements. Je pense que tous ensemble nous apporterons et réussirons à combler les attentes des Ploërmelaises et des Ploërmelais.»

Éveline Sculo, 47 ans, ouvrière
« David et son équipe ne sont pas venus vers moi pour un mécontentement. Si je suis candidate dans cette liste, c’est parce que je sens un vrai dynamisme, avec une pensée qui va à la racine du mal et qui cherche des solutions. Mais selon moi, il est scandaleux que rien n’ai été fait contre les banques qui nous ont trompés, pourtant responsables de la crise actuelle, et les fonds publics ne sont pas investis aux bons endroits. »



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *